Il y a quelques temps, je lis le témoignage d'une jeune femme sur un site Internet. Alors qu'elle arrivait dans une gare pour prendre le train, un homme visiblement alcoolisé l'a poursuivie en vociférant "Eh la sale rousse". Elle a couru jusqu'à son train et s'y est cachée. Dans son témoignage, elle précise que l'homme en question, avant de s'en prendre à elle, criait "Sale arabe" à un autre homme. On peut donc vraisemblablement en déduire qu'il n'était pas arabe lui-même. D'ailleurs, dans son témoignage, la jeune femme ne faisait aucune allusion aux origines ou à la couleur de son agresseur. Cependant, les réactions à son agression sur les réseaux sociaux n'ont pas tardé à fleurir, et avec elles les accusations racistes : l'agresseur étant supposé automatiquement non blanc et/ou musulman (un musulman bourré, c'est vrai que c'est tellement pertinent). 

Des exemples comme ça, je pourrais les multiplier. Dès lors qu'une femme parle du harcèlement, d'agressions qu'elles a subies, les accusations racistes fusent. Je remarque d'ailleurs, sur les réseaux sociaux, que ces accusations viennent fréquemment d'hommes blancs. Des hommes blancs qui espèrent sans doute ainsi se dédouaner de toute responsabilité, et se convaincre que eux n'agressent jamais les femmes. L'agresseur, ce serait forcément "l'autre", le non blanc, le musulman, décrit comme frustré sexuellement, comparé à un animal incontrôlable (comparer les non Blanc-he-s à des animaux, un grand classique raciste), un peu frustre et venant d'une "cité" de banlieue parisienne (où l'on voit qu'au racisme s'ajoute aussi le mépris de classe...).

Chers hommes blancs racistes, laissez-moi donc vous détromper : quand nous parlons des hommes qui nous harcèlent, nous agressent, nous frappent, vous n'êtes pas exclu automatiquement du lot. Eh oui, il y a aussi des hommes blancs du côté des agresseurs. Arrêtez d'essayer de nous faire croire que, par on ne sait quel miracle, les hommes blancs seraient naturellement plus égalitaires et respectueux des femmes que les autres. 

Par ailleurs, on peut remarquer que la femme victime d'agression est souvent supposée blanche. Sur un site s'adressant aux femmes, je découvre il y a quelques temps un projet de photos contre le harcèlement : les agresseurs étaient représentés de différentes couleurs, mais les victimes... toutes blanches ! La perpétuation de ce cliché (l'agresseur forcément non blanc, la victime forcément blanche) permet à certains hommes blancs racistes d'accuser les hommes non blancs : "ILS agressent NOS femmes". Alors j'ajoute quelque chose pour vous, les hommes blancs racistes : les femmes blanches ne sont pas VOS femmes, et aucun homme ne peut prétendre dire "NOS femmes", quelles que soient sa couleur et ses origines. Les femmes ne sont pas vos choses ni vos possessions, et arrêtez d'utiliser les agressions qui NOUS touchent pour jouer à une guéguerre entre mâles se disputant des objets. En réalité, on se rend bien compte que vous vous foutez bien de notre vécu et de nos agressions, et que vous les utilisez uniquement pour coller à votre petit programme raciste. 

D'ailleurs, à ce propos, l'extrême-droite raciste se soucie t-elle des violences faites aux femmes ? Quand on voit que Bruno Gollnisch, du FN, a écrit un texte remettant en question la notion de viol conjugal, on peut en douter (texte toujours en ligne sur son site personnel). Les militants d'extrême-droite se contrefichent des violences faites aux femmes, mais ils se réveillent pour les dénoncer dès lors que l'agresseur est décrit comme non blanc (constat fait récemment suite aux agressions sexuelles ayant eu lieu à Cologne, en Allemagne, alors que plusieurs agresseurs ont été décrits comme "Nord Africains". Et les militants d'extrême-droite se sont précipités sur ces agressions pour remettre en question l'accueil des migrants en Europe...). 

Arrêtez donc d'utiliser les agressions que NOUS subissons pour VOTRE foutue politique raciste ! Pour moi, c'est encore une manière de nous agresser. 

D'ailleurs, on peut constater que quand la violence vient d'un homme blanc, tout de suite le regard porté sur cette violence n'est plus le même. Bertrand Cantat qui démolit une femme à coups de poings ? Ah, pas pareil, lui ça doit être une exception, et puis il paraît qu'il était "fou d'amour"... Contrairement aux hommes non blancs, qui eux sont souvent décrits comme machistes et violents par essence, quand les hommes blancs sont supposés plus égalitaires, plus respectueux, plus civilisés. La bonne blague.

Mains au cul, frotteurs et drague lourde : elles racontent le harcèlement dans les transports

http://cheekmagazine.fr/societe/mains-au-cul-frotteurs-et-drague-lourde-elles-racontent-le-harcelement-dans-les-transports/

 

Du caractère polymorphe et multicolore du relou en milieu urbain

http://clemmiewonder.tumblr.com/post/98134059269/du-caract%C3%A8re-polymorphe-et-multicolore-du-relou-en