J'essaie de faire le compte de toutes les histoires que j'ai entendues, récemment ou il y a quelques années, témoignant d'une peur, d'une haine pour la langue arabe, en France ou ailleurs. Des histoires qui prouvent que, en ces temps de racisme et d'islamophobie décomplexés, ce qui fait peur, met en colère, rend irrationnels des gens, ce n'est pas "seulement" la vision d'un Coran, d'une mosquée ou d'un foulard, mais aussi juste la langue arabe, en tant que langue. La langue du Coran aussi, certes, mais aussi tout simplement la langue des "arabes" et plus généralement d'une importante population arabophone aux diverses religions et origines. 

Dernière histoire dont j'ai eu connaissance, diffusée via Twitter : une enseignante avait prévu d'emmener ses élèves voir le film "Wadjda". "Wadjda" est un beau film saoudien qui raconte comment une adolescente cherche à s'émanciper dans une société très conservatrice et sexiste. Voilà la réaction d'une mère d'élève à laquelle cette enseignante a eu droit : 

CaTl8KfWAAArHhg

 

Voilà donc une mère qui s'offusque qu'on "impose à nos enfants d'écouter de l'arabe", un peu comme on s'offusquerait d'un fumeur imposant sa fumée de cigarette. Il faut croire que la langue arabe est bien dangereuse, pour qu'on songe sérieusement à en préserver des enfants innocents !

Récemment, dans une école corse, des parents d'élèves se sont émus que leurs enfants chantent la chanson "Imagine" dans cinq langues, dont l'arabe. Il y a quelques années, dans la région lyonnaise, une "polémique" similaire avait éclaté quand des enfants avaient préparé une chanson en arabe à l'école : http://lmsi.net/La-metaphore-laique-illustree-par

Aux Etats-Unis, il y a peu de temps, deux passagers ont été débarqués d'un avion parce qu'ils parlaient arabe, ce qui a inquiété d'autres passagers. Sur la page Facebook d'un magasin australien, plusieurs personnes sont venues protester contre des publicités en arabe (à voir ici) : http://wheres-margo.tumblr.com/post/137215243586/maskedlinguist-lizjamesbitch-patbaer 

Sur Twitter, peu de temps après les attentats parisiens du 13 novembre, j'ai lu le témoignage d'une personne dont une connaissance avait été dénoncée à la police parce qu'elle écrivait en arabe à la terrasse d'un café. 

Dans les établissements scolaires français, des principaux et proviseurs refusent d'ouvrir des classes d'arabe pour des raisons parfois délirantes : http://www.telerama.fr/idees/l-ecole-francaise-cancre-en-arabe,126251.php Pendant ce temps là, François Hollande suscite des railleries avec sa prononciation approximative de l'acronyme "Daesh" : http://orientxxi.info/magazine/la-france-doit-redecouvrir-la-langue-arabe,0779 C'est dire si l'enseignement de l'arabe en France nécessite encore des développements !

Le fait que l'actuelle ministre de l'Education nationale soit originaire d'un pays arabe suscite visiblement la colère des racistes, et du côté des réseaux d'extrême-droite sur le net, il n'est pas rare de voir des gens délirer sur des théories selon lesquelles Najat Vallaud Belkacem voudrait "imposer l'arabe" aux élèves (quand on voit combien il est difficile d'apprendre l'arabe en France, comme le rappelle l'article de Télérama posté plus haut, on ne peut que réaliser combien ces théories sont complètement fantaisistes. Si vraiment la ministre souhaitait "imposer l'arabe", de toute évidence il faudrait en conclure qu'elle s'y prend très mal !). 

Sur Twitter, j'ai déjà vu à plusieurs reprises des utilisateurs exprimer une franche défiance pour d'autres personnes utilisant la langue arabe. Par exemple, un utilisateur de Twitter disant à un autre : "Vous avez une phrase en arabe que je ne comprends pas dans votre description, donc je ne vous "suis" pas" (tu peux toujours essayer Google Translate, ça devrait calmer ta panique...). Ou encore un homme qui interrogeait agressivement un jeune homme ayant un prénom en arabe dans son pseudo : "C'est quoi ce mot en arabe ? Tu n'oses pas le dire ?" (c'était un banal prénom, donc...). Dans l'esprit de certaines personnes, la langue arabe, semble, par nature, dangereuse et porteuse d'une vague menace. Dans la "logique" des racistes anti-arabes, les personnes arabes, animées par la volonté de nuire, ne peuvent apparemment utiliser la langue arabe que comme un code secret pour cacher leurs sombres desseins, et non comme une banale langue parmi d'autres pour écrire un prénom ou dire "Bonjour, passe-moi le pain s'il te plaît". Le fait que cette langue obéisse à des règles assez différentes du français (autre alphabet, écriture de droite à gauche...) irrite sans doute d'autant plus les racistes qui ne peuvent pas la maîtriser aussi facilement qu'une langue latine plus familière à leurs yeux.

Sur Facebook, j'avais eu l'occasion de tomber sur ces réactions délirantes d'agressivité sur une page publique, bien révélatrices de l'irrationnalité qui peut saisir des gens quand il est question de la langue arabe. Gageons que s'il avait été question de lancer un "welcome" à des immigrés anglophones, cela n'aurait pas suscité les mêmes commentaires hostiles !

11223972_1158328124196161_7750466106090197076_n

J'ai eu l'occasion par ailleurs de lire le témoignage d'une personne dont une connaissance, discutant en arabe sur un quai de RER parisien, avait eu droit à un crachat dans la figure assorti d'un "En France on parle français" de la part de l'agresseur. 

Tous ces exemples que j'évoque me semblent révélateurs d'un climat particulier de détestation de la langue arabe en France (et ailleurs). Pendant ce temps là, dans les pays arabes, beaucoup de gens font l'effort d'apprendre l'anglais et/ou le français, bien que ces langues soient assez différentes de l'arabe... Les Occidentaux blancs ont l'air de trouver normal que les arabophones fassent l'effort de s'adapter à eux, mais l'inverse n'est pas forcément vrai. Quel message envoyons-nous aux personnes arabophones du reste du monde, en entretenant un tel désintérêt en France pour la langue arabe, une telle ignorance, alors que de nombreuses personnes résidant dans ce pays sont arabophones ? Nous avons tout intérêt, pour favoriser le développement de la connaissance et la compréhension vis-à-vis de cultures méconnues et méprisées en France, à enseigner davantage la langue arabe et à rendre les cours d'arabe plus accessibles à un large public. 

Un témoignage intéressant d'une personne qui étudie l'arabe : http://lesossurlapeau.canalblog.com/archives/2015/10/08/32737300.html